Accueil > Articles > Société > Que devient le corps après la mort ?

Rubrique : Société

Que devient le corps après la mort ?

Le 16 février 2017 17:15 par Dans Nos Coeurs

Une transformation rapide du corps

Après la mort, le corps se transforme très vite. Les muscles, inactifs, ramollissent. Le cœur, qui ne pompe plus, tombe dans les tissus.

Le corps subit ensuite une série de mutations : il devient pâle (pallor mortis), puis livide (rouge et violet) aux endroits où la masse sanguine s’est stockée (livor mortis). La température chute en moyenne de 0,8°C à 1°C par heure jusqu’à atteindre la température ambiante de l’environnement (algor mortis).

Les réactions biochimiques dans les muscles ayant cessé, le corps se raidit environ trois heures après la mort (rigor mortis). Le calcium inonde les cellules, provoquant la contraction des muscles et leur raidissement (pic constaté dans les 9 à 12 heures suivant le décès). Puis le corps redevient flasque.

L’heure de la putréfaction

Deux à trois jours après la mort apparaît une tâche verdâtre sur l’abdomen. L’état de putréfaction est enclenché par les bactéries des poumons et de l’appareil digestif. Les gaz émis (fréon, le benzène, le soufre, tétrachlorure de carbone) ne peuvent être évacués. Par conséquent, l’abdomen gonfle, la langue sort et les yeux sortent de leurs orbites. L’odeur qui en résulte est nauséabonde.

Les cellules graisseuses fondant progressivement sous la peau, le corps prend un teint éclatant. Tissus et organes se liquéfient. La matière organique restante est alors consommée progressivement par les insectes (notamment les larves de mouches bleues) et les vers jusqu’au squelette. Les protéines contenues dans les os se décomposent en partie pour se transformer en poussière, alimentant le sol et les végétaux.Ce processus est variable selon l’endroit où le corps gît (environnement sec ou humide par exemple).

Quand le corps est enterré, la métamorphose se fait aussi, mais bien plus lentement (jusqu’à huit fois moins vite). Alors, quel est le sort réservé au corps placé dans un cercueil ?

L’embaumement et le placement du corps dans un cercueil inhumé garantissent un ralentissement de sa décomposition. Un organisme peut mettre jusqu’à 50 ans pour se décomposer totalement dans un cercueil de qualité. Les dents sont la partie la plus tenace.
Les paramètres du sol jouent également sur la vitesse de décomposition. La chaleur, l’humidité et l’acidité sont des vecteurs d’accélération de l’état de décomposition. A l’inverse, un environnement froid freine l’autolyse (l'autodestruction) et évite la prolifération des bactéries. Un enterrement plus profond permet également de se protéger de la faune environnante.
Quel que soit le recours choisi, le corps, poussière, redevient poussière. Sauf en cas de cryogénisation (-196°C).

Le magazine "Scientific American" a proposé une courte vidéo présentant la décomposition du corps après la mort :



Partager l'article

Vous avez aimé ? Vous aimerez aussi ... (articles similaires)

  • Le don d'organes et la loi

    Depuis les années 1950, le don d’organes est une pratique qui n’a cessé de diviser l’opinion publique. La méconnaissance généralisée de la loi semble être à l’origine de la confusion autour du droit au don.

  • Comment parler de la mort aux enfants ?

    La mort est un sujet difficile à aborder. Si, entre adultes, c'est parfois délicat, face à un enfant, c'est encore plus compliqué… Alors comment faire pour lui expliquer sans le heurter ?