Accueil > Articles > Société > Rire à un enterrement : les nerfs de la tristesse

Rubrique : Société

Rire à un enterrement : les nerfs de la tristesse

Le 17 décembre 2015 11:56 par Dans Nos Coeurs

Rire pendant les funérailles d'un proche paraît très incorrect, c'est pourtant une réaction nerveuse tout à fait naturelle.

« Un fou rire à un enterrement, je m'en veux, je m'en veux vraiment, c'était nerveux sûrement, en tout cas c'était pas le moment », telles sont les paroles de la chanson de Bénabar, « Le Fou Rire ». Loin d'être un phénomène rare, rire pendant des obsèques n'est pas forcément signe d'irrespect. Il faut bien sûr rester discret, mais cette crise d'hilarité soudaine est tout à fait explicable.

Des nerfs qui lâchent

Sous le coup d'une émotion, quelle qu'elle soit, le corps a une façon de réagir qui lui est propre. Comme on peut pleurer à un mariage ou à la naissance d'un enfant, il arrive de rire lors de l'annonce d'un décès ou pendant des funérailles. Rire, c'est un peu un mécanisme de défense pour contrer la peur, une réaction naturelle dont on n'est pas vraiment responsable. Un fou rire peut être déclenché par une grande fatigue, un stress intense, une nervosité absolue ou encore par une simple situation comique. Lors d'une cérémonie d'obsèques, ces éléments sont souvent réunis et peuvent donc provoquer une crise de rire. On comprend bien que cela n'a donc rien à voir avec de l'irrespect : ces fous rires incontrôlés peuvent être expliqués par la perte de contrôle (momentanée) des fonctions qu'exerce le cortex, cette partie des hémisphères cérébraux qui régit des fonctions telles que le mouvement volontaire ou la conscience. Cette réaction est déclenchée en cas de très fortes émotions.

Une façon de faire son deuil

Dans la culture occidentale, la mort reste un événement grave et douloureux. Les obsèques sont un moment pendant lequel nous nous devons, par coutume, d'afficher une certaine tristesse. Pour d'autres, la mort est le prolongement de la vie, un passage, une étape.

Quoi qu'il en soit, le rire est un excellent moyen de relâcher les nerfs et surtout d'évacuer la tristesse. Il permet d'extérioriser les émotions et de rendre la situation un peu plus supportable. L'acteur Gérard Jugnot, a un jour partagé une pensée : « Le rire, c'est comme les essuie-glaces : ça permet d'avancer même si ça n'arrête pas la pluie ». Et c'est bien le cas lors d'un fou rire. Il permet de se libérer un peu pour ne pas s'effondrer.

Savoir rester dans le respect

Ce n'est pas parce que la situation est explicable et difficilement contrôlable qu'il faut tout se permettre. Le rire n'exclut pas le respect et tout doit se faire en douceur. Il faut savoir que, généralement, le fou rire est plus facilement accepté lorsqu'il vient d'une personne du proche entourage du défunt. En cas de rire incontrôlé, vous pouvez éventuellement vous éclipser, le temps que cela passe. Les plaisanteries excessives, même pour essayer de détendre l'atmosphère, restent inappropriées, sauf si le défunt était particulièrement connu pour son humeur joyeuse. Raconter des anecdotes à son sujet peut apporter un peu de gaieté et permettre d'évacuer le trop-plein de tristesse. Quoi qu'il en soit, il n'y a pas de bonne ou de mauvaise réaction, chacun fait comme il peut face à un événement douloureux. Alors si le rire peut aider à soulager la peine…


Partager l'article