Accueil > Articles > Rites et religions > Le bouddhisme et la mort

Rubrique : Rites et religions

Le bouddhisme et la mort

Le 10 juillet 2017 17:00 par Dans Nos Coeurs

Le bouddhisme considère l’esprit comme la partie la plus importante du corps humain, la seule qui reste après la mort. L’esprit est alors confié à Bouddha, en charge de le purifier puis de le réincarner : c’est le « Karma ». Ce prolongement de la vie, selon les Bouddhistes, dépend des actions entreprises durant sa vie. Ainsi, celui dont le seul intérêt a été de jouir des plaisirs de la vie, notamment matériels et financiers, hérite d’un mauvais Karma, symbolisant la souffrance de n’être jamais satisfait.

A l’inverse, celui qui suit les enseignements de Bouddha, qui a œuvré pour la paix et l’amour de son prochain aspire au bonheur après la réincarnation. Le bouddhisme enseigne de garder à distance les aspects matériels, dont le corps fait partie, qui sont des liens directs avec le monde de souffrance environnant. Il devient alors possible d’atteindre le « Nirvana », cette étape où l'âme se détache définitivement des jouissances charnelles et corporelles.

Le cycle du Karma est alors interrompu, laissant place à "L'Eveil", à l'image de Bouddha lorsqu'il est parvenu à comprendre le monde et se délier de ses fardeaux.

Le bouddhiste craint la maladie et les accidents, vecteurs de colère et donc de mauvais Karma. C’est pourquoi il vit en marge de la société et aspire à une vie saine pour partir dignement.

La réincarnation

A sa mort, l’esprit du bouddhiste survit et doit donc être réincarné en une nouvelle personnalité. Selon ses actes, la renaissance peut même se faire sous la forme de fantômes ou d’animaux. Le croyant est alors amené à côtoyer l’enfer et son âme est tourmentée. A l’inverse, un homme qui a été bon prétendra au Nirvana, autrement dit au plaisir du paradis. Dans le bouddhisme, enfer et paradis ne sont pas des lieux, mais des états d’existence propres à l’esprit.

« L’homme qui s’attache à cueillir les plaisirs comme des fleurs est saisi par la mort qui l’emportera comme un torrent débordé emporte un village ».


Partager l'article

Vous avez aimé ? Vous aimerez aussi ... (articles similaires)