Les manifestations climatiques

Souvenirs de notre histoire
Chargement en cours...
Chargement en cours...

Les vents violents et les périodes de forte chaleur s'avèrent dévastateurs, et leurs conséquences ont souvent été dramatiques pour l'humanité comme pour la nature. Le réchauffement climatique tient un rôle prépondérant dans ces événements.

Les cyclones

Le vent et la chaleur sont parfois des ennemis redoutables. Les cyclones (ou ouragans ou typhons) sont là pour nous le rappeler. Le 12 novembre 1970, le Bangladesh subit le typhon le plus violent de l’histoire : entre 300 000 et 500 000 personnes décèdent dans une zone où la densité de population est très forte (delta du Gange).

Cinq ans plus tard, en Chine cette fois, le typhon Nina a fait 170 000 morts, les vents atteignant parfois 250km/h. Loin des 315km/h recensés lors du typhon Haiyan qui s’est abattu sur les Philippines, le 8 novembre 2013. Le bilan de 10 000 morts dressé après cette catastrophe s’explique notamment par la perte d’intensité du typhon en entrant au Vietnam.

La chaleur

Outre les cyclones, l’état de canicule prolongée est parfois dévastateur : en 2003, la canicule qui s’est abattue sur l’Europe aurait fait 70 000 morts. Elle a été causée par un blocage persistant de la circulation atmosphérique, générant une période ininterrompue chaude et sèche sur plusieurs jours. De nombreux records de températures ont par ailleurs été enregistrés dans plusieurs pays d’Europe, causant parfois des feux de forêt.

Le réchauffement climatique progressif de la planète s’est aussi manifesté par d’importants feux de forêts en 2010, en Russie. Au mois de juin, à Moscou, la température s’élève à 35°C contre 17°C en année classique. La barre des 40°C sera régulièrement franchie au cours des mois de juin et juillet 2010. Les premiers feux commencent à se déclarer début août, et plus de 500 sont dénombrés à la moitié du mois, dont certains à proximité de centrales nucléaires. Des pics de dioxyde et monoxyde de carbone sont atteints, et si peu de personnes meurent directement des feux, beaucoup en subiront les conséquences. Ainsi, les victimes de problèmes respiratoires et cardiovasculaires se rajoutent à celles de la canicule (rien qu’à Moscou, 300 morts en moyenne par jour).

Mais aussi ...

D’autres phénomènes naturels ont évidemment sévi sur Terre (tornades, avalanches, incendies, etc.). Cependant, ils ont entraîné des pertes d’êtres humains bien moins considérables. Pour cette raison nous nous arrêterons à leur simple évocation.
Chargement en cours...
Chargement en cours...