Huit conseils pour aider un proche en deuil

Chargement en cours...
Chargement en cours...

À la perte d’un proche, nous recevons des marques de soutien utiles et réconfortantes. Mais lorsque nous faisons face à une personne en deuil, nous n’avons pas toujours les mots appropriés. Que peut-on dire à un proche endeuillé ?

Voici 8 conseils pour réconforter et soulager une personne dans ce moment difficile qu'est la perte d'un être cher.

"Je suis là pour toi"

Face à la douleur d'une personne en deuil, on souhaite agir pour la sortir de cette mauvaise passe. Parfois, par gêne, par pudeur, il arrive que certains évitent la personne endeuillée et la mettent de côté. Ce n’est pas la meilleure des solutions car cette personne, encore fragilisée par la perte d’un proche, a besoin de contact.

Même si la discussion n’est pas au rendez-vous et que le silence s’avère souvent dérangeant, être aux côtés de la personne est déjà primordial. Ainsi, si elle souhaite parler ou pleurer, elle saura simplement qu’elle aura quelqu’un vers qui se tourner et qui la soutient dans cette dure épreuve de la vie.

Alors, ne fuyez pas, même si vous vous sentez gêné(e) et que vous ne trouvez pas les mots. Il est très important de faire comprendre à la personne qui souffre que vous êtes là en cas de besoin.

"Si tu as besoin de pleurer, pleure"

Essayer de cacher ou retenir ses émotions n’est positif pour personne. Il est donc essentiel de transmettre ce message au proche en deuil. En effet, durant ces moments difficiles, la meilleure chose à faire est de laisser extérioriser ses sentiments et se soulager en pleurant, criant ou exprimant ses émotions d’une manière ou d’une autre.

"Je suis sincèrement désolé(e)"

Être tout simplement direct et honnête, cela montre que vous vous souciez de la personne et que vous partagez sa peine.

"Demander “Comment te sens-tu ?” et être attentif/ve à sa réponse"

Il est très important de pouvoir parler librement de ses sentiments avec des proches. Prendre régulièrement des nouvelles de la personne endeuillée, être présent(e) pour elle, la mettre en confiance en la laissant sangloter, et la laisser s’exprimer librement sont tout ce dont elle a besoin.

"Proposer de faire quelque chose de concret"

Et éviter ainsi le redondant “Dis-moi si tu as besoin de quoi que ce soit.” Même si vous souhaitez vous rendre utile auprès de la personne qui souffre, avec cette phrase vous ignorez ce dont elle a réellement besoin. Or, celle-ci ne le sait souvent pas elle-même et n’a pas forcément la force d’y voir plus clair et de vous demander les choses. C’est pourquoi il vaut mieux proposer quelque chose de concret comme par exemple : “Je vais faire des courses. Je peux te ramener du pain si tu veux.”

"Poser des questions sur le défunt"

En évoquant le défunt, celui ou celle qui fait son deuil risque d’être peiné et attristé. Lorsque l’on perd quelqu’un de très proche, cette personne hante nos pensées. Au bout de quelque temps, se rendre compte que les gens autour n’en parlent plus peut sembler choquant. Cela nous brise le coeur de voir que ceux qui l’ont connu l’ont déjà oublié. Évoquer un souvenir ou une anecdote sur le défunt rappelle alors à la personne endeuillée qu’il est toujours présent dans nos esprits, qu’on ne l’a pas oublié, ce qui est réconfortant pour elle.

"Je ne sais pas comment tu te sens en réalité"

L’habitude vient à ce qu’on dise à toutes les personnes en deuil “je sais comment tu te sens”. Pourtant, cette phrase peut provoquer une réaction agressive et entraîner une réponse telle que : “comment peux-tu savoir comment je me sens ? Tu n’as jamais vécu une chose pareille.” Nous devons donc éviter ce genre de phrase et plutôt lui montrer de l’empathie. En effet, nous ne pouvons pas comprendre exactement son degré de douleur mais nous le comprenons.

"Ne dites rien"

Il ne s’agit pas de fuir mais au contraire, d’être présent. Ne rien dire et laisser la personne s’exprimer librement si elle le désire. L’idée que l’on “se fait du mal à parler de ça” est complètement fausse. Parler de sa souffrance ne l’empire pas, au contraire, elle permet de l’évacuer et ne pas la garder en soi.

Et vous, avez-vous déjà été amené(e) à prononcer ce genre de phrases à une personne qui traverse un deuil ? Que pouvez-vous lui dire d’autre pour la réconforter ?
Chargement en cours...
Chargement en cours...