La 2ème étape du deuil : la colère

Mieux vivre le deuil
Chargement en cours...
Chargement en cours...

Le choc du triste événement presque avalé, un autre sentiment fait son apparition : la colère. Cette deuxième étape du deuil réfute l'idée que la personne est partie pour de bon...

Après avoir évoqué la première étape du deuil : le choc et le déni, nous continuons avec la 2ème étape du deuil : la colère.

Face à la réalité de la mort d'un proche, le déni ne peut durer qu'un temps. Ainsi, la réalité et la souffrance refont vite surface. Mais nous ne sommes pas prêts à accepter la mort. La colère monte en nous.

"Pourquoi moi et pas un autre ? Ce n'est pas juste."

Cette colère peut viser n'importe qui : des personnes que nous ne connaissons pas, nos amis, notre famille. Durant cette étape, nos nerfs sont à vif. Tout sujet relatif à la perte que nous vivons, peut être le prétexte d'une vive colère.

Même si au fond de nous, nous savons que le défunt n'y est pour rien, il peut être, malgré nous, la cible de notre emportement.

Comment ne pas en vouloir à la personne qui nous a brutalement quittés ?

Le docteur qui a diagnostiqué la maladie, mais qui n'a pas pu la guérir, peut aussi devenir une cible pour la personne endeuillée. Afin de ne pas rester dans la rancoeur, et pour vous aider à faire votre travail de deuil, il est important de demander à votre docteur tous les détails qui peuvent expliquer la mort de votre proche. Demandez-lui un rendez-vous et posez-lui toutes les questions qui vous brûlent les lèvres, cela vous permettra d'avancer.

Pour avancer, la colère ne doit pas être réprimée, mais canalisée.

                                                   http://www.paradisblanc.com/blog/wp-content/uploads/2011/11/woman-sad-istock.jpg

La personne endeuillée ne doit pas se sentir coupable si elle est en colère. C'est un sentiment normal après la mort d'un proche. Il est nécessaire de la laisser s'exprimer afin d'avancer dans son travail de deuil. Pour autant, la colère ne doit durer qu'un temps. Si elle perdure, l'amertume et l'aigreur s'installeront durant des mois, voire des années.

Pour celles et ceux qui éprouvent des difficultés à être libérés de ce sentiment de colère, voici quelques suggestions qui pourraient les y aider :


  • Exprimez votre colère dans un journal intime.

  • Ecrivez une lettre au défunt où vous lui exposez vos sentiments et ressentiments.

  • Parlez avec vos amis, votre famille ou votre docteur, des sentiments qui vous traversent.

  • Laissez exprimer votre colère à travers une activité physique afin qu'elle diminue progressivement.



Après cette période de colère arrive l'étape du marchandage...
Chargement en cours...
Chargement en cours...