L'expression "Plutôt mourir que ..."

Les citations sur la mort sont nombreuses. Découvrez une sélection d'expressions en lien avec la mort énoncées par des personnes connues sur Dans Nos Cœurs. Explications, décryptage et références historiques : les citations "plutôt mourir que…" n'auront plus de secret pour vous.

Vous l’avez certainement entendue un bon nombre de fois, et peut-être même prononcée à votre tour. Dans le langage courant, l’expression "plutôt mourir que" renvoie à des situations gênantes, parfois ignobles -ou à l'inverse- comiques, dramatiques ou encore déshonorantes, auxquelles on ne souhaiterait nullement être confronté.

L’Histoire, elle, montre que la devise prenait tout son sens en évoquant la mort comme un acte de bravoure et d’orgueil absolus. En effet, mourir dignement était préférable à une vie de domination. Cependant, cette expression a tendu à se démocratiser, laissant entrevoir des signes de banalisation de la mort face à des situations parfois grotesques de la vie quotidienne : "plutôt mourir que de lui pardonner/ que de lui dire bonjour/que de lui obéir", etc.

Quand mourir est un honneur...

"Plutôt mourir debout que de vivre à genoux"



  • - 2012 : Le regretté Charb (Stéphane Charbonnier de Charlie Hebdo) avait employé cette expression suite à la publication des caricatures de Mahomet. Il faisait alors allusion à sa vie en général, déclarant : "Je n'ai pas de gosses, pas de femme, pas de voiture, pas de crédit". Comprenons par-là, prendre la vie avec légèreté, sans contrainte, sans dépendre ou se soucier d’autrui pour mener à bien ses projets.

    - 2012 : La citation a également trouvé sa place dans un milieu contestataire : le rap. Ainsi, Kery James, dans "Post Scriptum", propose cette version : "J'préfère mille fois crever debout que vivre à genoux, c'est vrai". Dans cette chanson, le rappeur se livre sur des épisodes de sa vie, sur des erreurs commises, des injustices, tout en gardant sa dignité et l’envie de se battre.

    - 1951 : Albert Camus avait prononcé cette expression dans le film "L’Homme Révolté". Elle a également été reprise dans "Braveheart" de Mel Gibson en 1995 ou encore plus récemment dans "300, Naissance d’un Empire", qui relate la suite des aventures des 300 Spartiates de Léonidas qui ont refusé de se soumettre à l’invasion des Perses et dont la seule issue était la mort.

    - 1936 : Dolores Ibárruri, femme politique espagnole membre du Parti Communiste entre 1919 et 1989, s’est même vu ériger à Glasgow (Ecosse) un monument à son effigie, mentionnant cette phrase célèbre (en anglais) qu'elle a prononcée le 8 septembre 1936, lors du rassemblement du Parti Communiste Français au Vel’d’Hiv à Paris.

    - 1910 : En fait, la citation a été employée la première fois par le révolutionnaire mexicain Emiliano Zapata, qui en 1910 s’engage dans une lutte pour la restitution des terres agricoles aux paysans. Il prononcera exactement cette maxime : "Es mejor morir de pie que vivir toda una vida arrodillado » ("Mieux vaut mourir debout que vivre toute une vie à genoux"). Il sera exécuté en 1919, trahi par un de ses anciens alliés de circonstance, Venustiano Carranza.



"Plutôt mourir que faillir*" ou "Plutôt la mort que la souillure"

Cette devise proviendrait d’une légende bretonne. Alain Barbetorte, fils du dernier roi de Bretagne Alain le Grand, mène ses hommes contre les Normands, mais reculent jusqu’à rencontrer une rivière en crue et remplie de boue. Dans cet élan de panique, Barbetorte aperçoit une hermine chassée par un renard. L’hermine, alors réputée pour son pelage soyeux, choisit de faire face au renard plutôt que de salir son pelage dans la boue. Barbetorte prend alors exemple sur l’hermine et s’exclame "Plutôt la mort que la souillure".

En 939, le meneur breton repoussera les Normands vers Cancale et sauvera ainsi l’identité de la Bretagne.

Si l’hermine est aujourd’hui un des emblèmes de la Bretagne, son association à cette légende ne constitue pas la seule origine possible.

*ou "Plutôt mourir que trahir/se déshonorer"

"Plutôt souffrir que mourir"
Au XVIIème siècle, la morale et l’esprit critique s’invitent au registre de la pensée humaine, notamment incarnée par Jean de La Fontaine. Dans sa fable "La Mort et le Bûcheron", l’écrivain décrit le bûcheron comme un être inspirant de la compassion, abandonné à son triste sort d’homme subissant une vie durant laquelle il n’a jamais goûté au plaisir. En dépit de cela, le bûcheron préfère la souffrance à la mort qu’il redoute.

"Plutôt souffrir que mourir" est donc, pour La Fontaine, une forme de mépris envers la nature humaine exprimant ici la mort comme un remède et non comme un ennemi.

"Plutôt mourir que de prendre des médicaments"

Une étude a été menée en 2015 aux Etats-Unis par l’association du cœur** auprès de 1000 volontaires, notamment afin de connaitre le degré de renonciation aux médicaments contre une vie raccourcie. 29% d’entre eux estiment préférer mourir plus tôt si cela leur évite une dépendance aux médicaments. Autrement dit, près d’un Américain sur trois perçoit la mort comme un remède plus efficace que les médicaments.

**étude menée par Robert Hutchins, professeur de médecine à l’Université de Californie.

Conclusion

De manière plus globale, les convictions (extrapolation d’un sentiment ou d’une idéologie), les traditions (rites, reproduction d’un modèle) et le rejet (par peur, par méconnaissance, par choix…) sont tout autant de ressentis qui peuvent pousser à accepter la mort plutôt que de continuer à vivre. Ainsi, en guise d’exemple, certaines personnes atteintes d’anorexie auront tendance à se laisser dépérir plutôt que d’accepter de se nourrir, par crainte de grossir.

Commentaires

Chargement en cours...
Chargement en cours...

Chargement en cours...
Chargement en cours...