Des fleurs artificielles, pourquoi pas ?

Son dernier voyage

Les fleurs fraîches, c'est magnifique, mais ça ne dure pas. Pour exprimer ses regrets éternels, les compositions artificielles sont un excellent choix.

Les fleurs fraîches, c'est magnifique, mais ça ne dure pas. Pour exprimer ses regrets éternels, les compositions artificielles sont un excellent choix.

On les a longtemps regardées d'un mauvais œil, trouvant à ces succédanés un petit air de vulgarité. Sublimes, avec leurs fragiles corolles et leurs effluves enivrants, leurs homologues de sève et de cellulose trônaient alors fièrement à leur côté, avec leur écrasante authenticité. Du moins pour quelques jours car, passées ces heures de gloire, les belles ne manquaient pas de piquer du nez, faisant alors pâle figure, même aux côtés de leurs cousines synthétiques. Si, pour une cérémonie de mariage ou de baptême, les compositions de fleurs fraîches sont de loin le meilleur des choix, il en va tout autrement des funérailles ou des commémorations de la Toussaint : offrir une gerbe artificielle, c'est s'assurer que la tombe du défunt restera longtemps et joliment fleurie…

Une qualité bluffante

Taillées dans des matériaux de premier choix, les fleurs artificielles d'aujourd'hui n'ont plus rien à voir avec celles que l'ont repérait autrefois à dix mètres. Mixant les matières en fonction des effets recherchés, elles sont désormais d'un réalisme confondant auquel plus d'un œil averti s'est déjà laissé prendre. Avec le latex, tout en souplesse et en transparence, on forme des pétales aux lignes gracieuses qui, malgré les aléas du temps et des transports, garderont toujours leur forme d'origine.

Pour le feuillage, on emploie des tissus synthétiques comme le tergal ou le polyuréthane à l'intérieur duquel on insère du fil métallique ou une tige de plastique pour le façonner et lui donner forme. Quant au tissu, autrefois largement utilisé, on l'emploie désormais de moins en moins en raison de sa mauvaise résistance aux UV.

Des possibilités infinies

Zinnias, gerberas, roses, renoncules… Quelle que soit la saison, on a alors à sa disposition toutes les variétés de fleurs possibles pour composer gerbes, coussins, couronnes et raquettes. Soumises aux aléas des intempéries et notamment du vent, les compositions de fleurs artificielles sont le plus souvent lestées. Quant aux bouquets, on les offre traditionnellement en cône, dans un vase de sépulture. Connaisseurs, les fleuristes spécialisés sauront vous aiguiller dans le choix des variétés et des coloris en fonction du lien que vous entreteniez avec le défunt. Côté prix, comptez une cinquantaine d'euros pour un bouquet (sans le vase) et jusqu'à plusieurs centaines d'euros pour une composition plus volumineuse comme une raquette ou un devant de tombe…

Commentaires

Chargement en cours...
Chargement en cours...

Chargement en cours...
Chargement en cours...