Obsèques, un dress-code en mutation

Son dernier voyage

Le noir est la couleur traditionnellement associée au deuil et aux cérémonies funéraires. Pourtant, cette habitude est de plus en plus contestée par l'arrivée de nuances plus claires et donc plus joyeuses.

Dans le deuil, on donne la prédominance au respect et à l'empathie. Si le noir n'est plus vraiment de rigueur, la sobriété vestimentaire reste une marque de déférence incontournable lors d'une cérémonie funéraire

Longtemps, le noir a régné comme la couleur prédominante du deuil, du moins en Occident, dont l'imaginaire collectif a depuis toujours associé cette teinte aux ténèbres, aux enfers et aux mondes sous-terrains. Il n'en va pas nécessairement de même partout : en Chine et dans beaucoup d'autres pays d'Orient, c'est dans une tenue d'un blanc immaculé, symbole de lumière et de renouveau, que les familles endeuillées accompagnent leurs défunts vers le lieu de leur dernier repos. Quant aux rois de France et d'Angleterre, ils se distinguèrent longtemps aux enterrements en enveloppant leur royale tristesse dans une pourpre funèbre. Si aujourd'hui, les mœurs se sont quelque peu assouplies, deux constantes perdurent : l'absence de couleurs vives et l'économie d'accessoires…

Porter des couleurs sombres

Si le deuil s'est émancipé du noir, le noir s'est, lui aussi, émancipé du deuil. Alors qu'il était autrefois du plus mauvais goût de porter cette couleur en dehors de tout épisode funeste, on ne se prive plus désormais de s'en vêtir au quotidien. De cette transformation des mœurs est née une certaine tolérance dans la gamme chromatique des tenues de deuil : toutes les couleurs sombres comme le bleu marine, le gris ou le brun sont désormais admises et il n'est pas rare de voir se glisser de petites pièces plus claires comme un chemisier gris perle ou blanc ivoire parmi tant d'obscurité. D'une certaine manière, bien plus que le choix des couleurs, c'est à travers une rigueur stylistique relativement appuyée que s'expriment aujourd'hui les condoléances de l'assistance.

Se parer de sobriété

De l'élégance, sans exubérance : tels sont les maîtres mots qui président aux choix vestimentaires précédant une cérémonie funéraire. La tenue de deuil, au sens strict, sera réservée aux proches du défunt qui expriment par là même leur chagrin et la fragilité émotionnelle dans laquelle la situation du deuil les place. Une façon de nous dire : « Regardez, je suis endeuillé(e), j'ai beaucoup de chagrin. Merci de faire bien attention à moi. » Pour le reste de l'assistance, en revanche, il n'est pas de mise de se vêtir de noir des pieds à la tête, d'arborer un voile sur le visage ou de porter une cravate. Si l'on soigne sa tenue pour exprimer sa sympathie et signifier à la famille que l'on n'est pas passé par là par hasard, on évite cependant d'en faire trop.

Respecter les vœux des proches

« Nous ne voulons pas de vêtements noirs » ; « Merci de porter des couleurs vives » ; « Tenue cool exigée »… Il est des familles pour qui l'image d'une assistance austère est un fardeau de plus à porter. D'autres préfèrent se remémorer la joie de vivre du défunt en apportant une note d'énergie positive et d'espoir à la cérémonie. Quelles qu'en soient les motivations, si le faire-part de funérailles indique un souhait particulier concernant la tenue vestimentaire du public, il faut bien sûr jouer le jeu. Ce sera une belle façon de montrer aux proches endeuillés qu'on est de tout cœur avec eux.

Commentaires

Chargement en cours...
Chargement en cours...

Chargement en cours...
Chargement en cours...