North Sentinel, l'île de la mort

Le saviez-vous ?
Chargement en cours...
Chargement en cours...

Il existe, au large des côtes de l'Inde, une île habitée par une tribu indigène qui tente de tuer quiconque approche de son territoire. Bienvenue à North Sentinel Island, l'île de la mort dont certains ne sont jamais revenus...

North Sentinel Island est une île du Golfe du Bengale, située dans les îles Andaman-et-Nicobar. Végétation verdoyante, eaux translucides et plages paradisiaques donnent à cette île un cadre idyllique, propice à l'évasion. Sauf que ce petit bout de terre émergée abrite une tribu hostile à toute tentative d'approche.

Ses habitants, les Sentinelles, comme on les appelle, sont originaires d'Afrique et occupent l'île depuis des millénaires, en totale autarcie. Depuis 60 000 ans, ils se contentent de la nature généreuse de l’île, vivant de la chasse, de la cueillette et de la pêche. Un recensement a fait état de 250 à 400 membres maximum refusant tout contact humain. Et certains l'ont appris à leurs dépens. En 1974, un réalisateur reçoit une flèche dans la cuisse. En 2004, après le tsunami, un hélicoptère est criblé de flèches en voulant approvisionner l'île en nourriture. Pire, en 2006, des pêcheurs sont tués par les locaux. Depuis, le gouvernement indien a décidé de ne plus tenter d'approches.

Malgré ces déboires, un homme, l'anthropologue Trilokinath Pandit, a réussi à établir un lien pour approcher un peu cette tribu, qu'il a suivie des années 1960 aux années 1990. En 1991, les Sentinelles l'ont autorisé à jeter l’encre. En contrepartie, il a été contraint de s'adapter au mode de vie local, retirant vêtements, lunettes, montre et chaussures. Cette excursion a été filmée, et a permis d'en savoir davantage sur cette peuplade. Elle ne pratique pas le cannibalisme et ne possède pas de système de gouvernance (chef ou sorcier).

La société qu'a formé ce peuple est calquée, selon des spécialistes, sur un modèle proche de celui de la période précédant le Néolithique, soit antérieur à 9000 ans avant Jésus-Christ. Les Sentinelles possèdent leur propre langage, qui s'explique par leur réclusion totale sur l'île.

S'étendant sur 72 km², l'archipel de North Sentinel ne possède pas de vrai statut : elle est, depuis 1947, une région autonome de l'Inde. Et il est fort à parier que ce n'est pas prêt de changer.

Une tribu en voie de disparition ?

L'association Survival International relève que le braconnage réalisé par des pêcheurs indiens et birmans est le principal danger pour les Sentinelles, dont le système immunitaire est particulièrement vulnérable aux maladies telles que la grippe ou la rougeole. Notons que c'est en voulant coloniser les îles Andaman que les Britanniques, à la fin du 18ème siècle, avaient presque fait disparaître de cette manière tous ses habitants...
Chargement en cours...
Chargement en cours...