Représentation de la mort dans la mythologie

La mort est présente sous diverses formes dans la mythologie. Elle tient une place importante dans les esprits et dans les croyances car elle est intimement liée à l’existence de chacun. Voici quelques représentations de la mort dans la mythologie.

Perception de la mort

Dans la mythologie, la mort a un rôle prépondérant. Cela se matérialise notamment par des figures divines ou des esprits, qui contrôlent la mort. Les actes, bons ou mauvais, accomplis durant sa vie, déterminent souvent la typologie de la mort qui s’ensuit. Ainsi, chez les Grecs, les Romains, les Vikings ou encore les Indiens, l’une des questions existentielles est de connaitre son sort une fois son existence terminée.

Est-on destiné à côtoyer les régions obscures des Enfers ? A-t-on droit au paradis, et l’accès au Ciel ?

Généralement, dans les croyances, l’homme n’est pas juge de ses actes. Cette mission est confiée aux dieux, ou à d’autres allégories de la mort. Il est rare dans les croyances qu’un seul personnage soit associé à l’au-delà. Que ce soit en Grèce –et aussi à Rome avec les correspondances latines- (Hadès, Perséphone, les Erinyes…), en Scandinavie (Odin, Freyja), ou chez les Mayas (Al Puch, Buluc Chabtan), la mort est souvent confiée à plusieurs entités. Cela démontre que le passage de la vie à la mort est un processus structuré, au cours duquel les rôles sont clairement définis.

Accompagnateur, juge, protecteur, ou encore dieu ont donc les responsabilités de chacun dans ce cheminement. Que disent les écrits ? La mort est crainte, mais elle fascine aussi. Le cours de sa vie peut être motivé par le désir d’avoir une belle mort : d’une part factuelle (par vieillesse, l’espérance de vie n’étant pas longue, ou encore dans l’entreprise d’une bonne action, notamment celle de servir les dieux) ; d’autre part méritoire pour cette seconde vie à venir (avec l’espoir parfois d’accéder à la réincarnation).

Représentation de la mort

En dépit du respect consenti pour la mort, sa représentation n’est généralement pas avantageuse. Elle doit en effet rester « repoussante » et une certaine distanciation, caractérisée par une peur de l’image qu’elle renvoie, doit continuer d’exister. La mort ne doit pas être perçue comme une alternative sérieuse à la vie.

C’est pourquoi, dans la mythologie, la Mort est incarnée par des figures peu enviables : vieillard (Etrusques, Germains), squelette (Mayas), créatures ailées (Rome et Grèce) ou encore femme à double face (Scandinavie), sans compter les représentations plus abstraites et répugnantes.

Chargement en cours...
Chargement en cours...