D'hommages en dommages

Le saviez-vous ?

Les possibilités offertes par le jeu vidéo sont telles qu'on peut créer n'importe quel personnage fictif et décider de le faire mourir sur simple clic.

Le top …



Le jeu vidéo sait rendre hommage. Un jeune britannique, atteint d’un cancer et en phase terminale, a souhaité rencontrer les développeurs de son jeu de stratégie favori, Total War. Face à la passion du jeune homme, les concepteurs lui proposent de le modéliser afin d'apparaître dans leur jeu, « Rome II ». Il sera par ailleurs le premier à tester le jeu encore en cours de développement, incarnant son propre personnage. Il ne connaîtra jamais la version finale, décédant avant la sortie officielle du jeu. Un autre studio avait déjà rendu hommage à l’un de ses fans dans le jeu « Borderlands 2 ».

… et le flop

Pendant plusieurs semaines, un joueur a piraté un jeu en ligne, dénommé Guild Wars 2. Cette tricherie lui a permis de développer les compétences de son personnage virtuel. Les autres joueurs, se sentant lésés, ont contacté le studio de développement du jeu pour faire part de cette escroquerie, apportant des vidéos comme preuves. Le joueur a été banni et son personnage a fait l’objet d’une exécution virtuelle, jeté depuis une falaise. C’est le premier cas d’une peine de mort dans un jeu vidéo, un acte qui a suscité polémique.

Chargement en cours...
Chargement en cours...