Les rites funéraires dans le monde

Souvenirs de notre histoire
Chargement en cours...
Chargement en cours...

Les cérémonies funèbres servent à honorer la mémoire d'un défunt et à réunir son entourage. Les pratiques et les coûts varient d'un pays à un autre.

Les cérémonies funèbres servent à honorer la mémoire d'un défunt et à réunir son entourage. Les pratiques et les coûts varient d'un pays à un autre.

L'organisation des obsèques dépend des religions et des traditions. Des raisons pratiques, financières ou géographiques entrent également en ligne de compte...

L'incinération en hausse

Si les pays très croyants optent encore pour l'inhumation, la crémation prend de plus en plus d'ampleur, surtout dans les pays nordiques, dont le taux grimpe jusqu'à 95 % à Copenhague, au Danemark.

Le nombre d'incinérations est également très important en Grande-Bretagne, où l'enterrement traditionnel est presque devenu une exception.

Par manque de place, le Japon rend quant à lui la crémation obligatoire. L'urne contenant les cendres est d'abord placée dans la maison familiale, où un prêtre bouddhiste vient prier pour guider l'esprit du défunt, puis enterrée dans un cimetière.

Des coûts variables

Au Brésil, on distingue les cimetières communaux, mal entretenus par manque d'argent, des privés, où les plus fortunés achètent leur dernière demeure.

En Grèce, l'inhumation est prévue pour trois années seulement ; il faut ensuite régler une redevance en guise de prolongation ou acheter la parcelle de terrain. Si la famille n'en a pas les moyens, le corps est exhumé et placé dans un ossuaire individuel ou commun, selon les budgets.

Aux États-Unis, il existe des cimetières religieux et commerciaux où des entreprises privées vendent leurs terrains. Les services funèbres coûtent entre 5 000 et 7 000 dollars – un chiffre dû à l'embaumement du corps, très important pour les Américains.

En Suisse, les tarifs varient selon les régions. Par exemple, dans le canton de Zurich, la majorité des frais sont pris en charge par la communauté, et les cercueils et urnes standards sont gratuits.

Même si l'incinération coûte généralement moins cher que l'inhumation, le Japon enterre les cendres dans des caveaux familiaux luxueux qui augmentent le prix des funérailles jusqu'à environ 15 000 euros de moyenne.

Le choc des cultures

Les Argentins considèrent la mort comme le passage dans un autre monde, un processus naturel voire social qui rend les obsèques moins tristes qu'ailleurs. Avant d'être enterré, le corps est transporté dans une maison mortuaire très confortable où bar, salle de séjour, terrasse, toilettes et kitchenette sont mis à disposition des proches. Il n'est pas rare que l'oraison funèbre tourne à la fête mortuaire où l'on chante, danse et boit pour célébrer l'arrivée du disparu au paradis.

En Corée, les funérailles sont organisées selon les rites du confucianisme et de la géomancie. Concrètement, un devin choisit l'endroit où doit être enterré le corps. C'est en observant les marques formées par une poignée de terre qu'il a jetée sur le cercueil qu'il sait où doit être installée la tombe. Il n'existe pas de cimetière en Corée, où les sépultures peuvent être placées en n'importe quel endroit de la nature.

Enfin, tous les pays islamiques procèdent aux mêmes rites : 24 heures après le décès, le corps est enveloppé dans un linceul de coton blanc, et déposé à même le sol dans une fosse, le visage tourné vers La Mecque.
Chargement en cours...
Chargement en cours...