Le médecin légiste

Le funéraire sans tabou

Spécialiste de la médecine légale, le médecin légiste met tout en œuvre pour connaitre les causes de décès d’une personne. Mais ses interventions ne se limitent pas qu’à des corps sans vie.

Le métier de médecin légiste

Le médecin légiste est un professionnel qui opère auprès des morts comme des vivants. Suite à un décès, et sur demande d’une autorité judiciaire, il procède à une autopsie totale ou partielle du corps afin de connaître les causes et les circonstances d’une mort. Il rédige un rapport qui peut être soumis à lecture lors d’un procès. Le diagnostic du médecin légiste doit être le plus objectif et le plus précis possible. C’est pourquoi il a accès à des analyses d’ordre chimique, biologique ou toxicologique.

Il travaille en intérieur (morgue ou institut médico-légal) comme en extérieur, sur une scène de crime par exemple.

Le médecin légiste est moins connu pour son travail auprès de patients vivants, qui représente pourtant 70% de sa profession. Il intervient notamment suite à des traumatismes (accidents, blessures, viols, séquelles…). Il est aussi habilité à déterminer l’aptitude ou non d’une personne à conduire un véhicule.

Compte tenu de la pluralité de des missions, le médecin légiste est un professionnel rigoureux, observateur, discret et doté d’un mental à toute épreuve.

Devenir médecin légiste

Après un bac S impératif, le candidat intègre la première année commune aux études de santé (médecine, dentaire, pharmacie et sage-femme). Après le concours, il suit respectivement 2 cycles (2 ans de bases théoriques puis 3 ans de formation médicale complète). Il passe les Épreuves Classantes Nationales (ECN). Pour se spécialiser en médecine légale, 4 à 5 ans supplémentaires de formation sont requis.

Le futur médecin légiste est amené à effectuer des stages à l’hôpital ou en instituts médico-légaux afin de se parfaire aux autopsies.

Par la suite, il exerce au service de l’hôpital ou pour le ministère de la Justice. Sa formation lui permet également d’encadrer, d’enseigner et de s’orienter vers l’expertise en criminologie.

Le médecin légiste peut percevoir mensuellement 3 000€ en début de carrière, et jusqu’à 11 000€ à son terme.

Commentaires

Chargement en cours...
Chargement en cours...

Chargement en cours...
Chargement en cours...