La cérémonie hindouiste

Souvenirs de notre histoire
Chargement en cours...
Chargement en cours...

La mort est vécue dans l’hindouisme comme un passage, il est donc essentiel qu’il se réalise de manière optimale afin que l’âme puisse accomplir son cycle d’incarnation.

La mort est vécue dans l’hindouisme comme un passage, il est donc essentiel qu’il se réalise de manière optimale afin que l’âme puisse accomplir son cycle d’incarnation.

La tradition veut que l’on rase la tête du mourant pour permettre à l’âme de s’échapper plus facilement. Un travail de purification consiste à apposer des cendres sur son front ainsi que quelques gouttes d’eau et des feuilles de basilic sur sa bouche. On le couche en prenant soin de tourner sa tête vers le sud, là où partent les morts. Des textes ou poèmes peuvent être lus : c’est un instant d’apaisement pour le défunt, qui est directement corrélé à son sort prochain. Enfin, une bougie est posée derrière sa tête pour attirer l’âme.

Les hindous pratiquent systématiquement la crémation. Le cadavre est préparé, lavé, baigné d’une eau parfumée, enduit d’onguents (beurre clarifié, souvent) et enroulé dans un linceul blanc (parfois rouge pour les femmes), recouvert enfin de fleurs. Une procession emporte le corps vers le lieu de crémation. En tête de cortège, une personne asperge d’eau le chemin emprunté. L’emplacement de la crémation est lui aussi purifié avec de l’eau. La famille assiste à l’incinération.

Les cendres sont ensuite versées dans une jarre et immergées dans un cours d’eau, rivière ou fleuve, qui relie le Gange, le fleuve sacré. L’âme entame ainsi sa migration.
Chargement en cours...
Chargement en cours...