La taphophilie, la passion des cimetières

Il existe des passions pour tout et n'importe quoi. C'est ce qui fait la diversité et l'originalité de chacun d'entre nous. Découvrons aujourd'hui la taphophilie, qui nous conduit au cœur des cimetières...

Alors que certains arpentent les musées, que d’autres préfèrent les sorties en pleine nature, que d’autres enfin s’adonnent au lèche vitrines, il est de ceux qui préfèrent visiter les tombes et les cimetières. C’est une passion comme une autre, très peu évoquée, qui se nomme la taphophilie.

Le taphophile, amoureux des cimetières

Le mot « taphophilie » provient du grec « táphos » en grec ancien signifiant tombe, et « philie » désignant l’amour. En d’autres termes, le taphophile est une personne passionnée par les cimetières, qu’il s’agisse de leur histoire, de leur architecture ou encore de leur atmosphère singulière. Il ne faut pas confondre taphophile et nécrophile, ce dernier entretenant des rapports d’ordre malsain.

Que cherche le taphophile ?

On ne nait pas taphophile, on le devient. Et ce pour diverses raisons qui ne permettent pas de définir le profil précis de ce passionné des cimetières.

Ces lieux recèlent de nombreux trésors, tels des sépultures originales et uniques, des épitaphes étonnantes, des images, des objets, des matériaux qui rendent chaque endroit spécial. Les cimetières sont des ensembles d’histoires, des lieux de vie bien plus que de mort.

La taphophilie inclut également la beauté des cimetières, leur agencement, leur évolution dans le temps. Les cimetières sont tels des petites villes, qui changent au gré des années et des saisons, et qui s’agrandissent quand la place est permise.

Certains passionnés vouent un culte particulier aux tombes de célébrités, qui généralement ne passent pas inaperçues : pierre tombale et stèle imposantes, présence d’une statue, mise en scène …

Enfin, d’autres taphophiles se prêtent aux visites de cimetières naturels, qui se développent de plus en plus. Le minéral d’autrefois laisse peu à peu place à une végétation qui reprend ses droits.
Parmi les cimetières attirant ce tourisme spécialisé, citons le cimetière du Père Lachaise à Paris, une mine d’or pour les taphophiles.

En tout cas, la taphophilie est loin d’être une pathologie, se passionner pour les cimetières est un passe-temps noble et enrichissant, quel que soit le but recherché.

Et vous, avez-vous un côté taphophile ?

Chargement en cours...
Chargement en cours...