Peut-on vivre sur Mars ?

Le saviez-vous ?

Pourquoi la planète Mars est-elle tant étudiée, alors que les scientifiques s’accordent à dire que la vie y serait impossible ? Pourquoi veut-on absolument s’y rendre ? Nos réponses.

Pourquoi on s’intéresse à Mars ?

Mars est, dans le système solaire, la planète qui ressemble le plus à la Terre, en termes de distance par rapport au Soleil, de typologie de sol (dur) et de saisonnalités. Elle est cependant dix fois moins massive que la planète bleue. La température y est bien moins clémente, en moyenne établie à -63°C.

Les différentes études menées sur plusieurs décennies ont conduit à penser qu’une vie a été possible sur Mars en d’autres temps géologiques. Pour l’instant, les scientifiques se montrent prudents à ce sujet. Ils pensent que certaines conditions ont été favorables à l’apparition de la vie, mais surtout, à son développement (notamment en raison de la présence significative d’eau liquide). De cette théorie naît l’espoir que si vie il y a eu, vie il peut encore y avoir.

Avec une question majeure : La vie est-elle envisageable sur Mars ?

La vie est-elle possible sur Mars ?

Dans les années 1970, le programme Viking a permis de dévoiler des traces d’eau dans le sous-sol de Mars. La planète aurait subi un assèchement progressif, les derniers résidus d’eau se stockant sous forme de glace dans le sous-sol. Cette découverte importante laisse supposer que la présence passée d’eau liquide a pu engendrer la vie. Celle-ci aurait pu apparaître en même temps que sur Terre, il y a environ 3,8 milliards d’années.

Aujourd’hui, il semblerait que la très faible présence d’eau sur Mars (contre plus de 2/3 sur Terre) couplée à une forte concentration en sel restreigne la possibilité de vie même microbienne (bien que sur Terre, dans le désert d’Atacama, quelques cas ont été recensés dans des conditions presque similaires).

Pas d’eau, et une atmosphère totalement différente, composée à 96% de dioxyde de carbone, 2% d’argon et 2% de diazote. La présence minime de méthane, issu de la fermentation de matières organiques et végétales en l'absence d'oxygène, nourrit également l’hypothèse d’une vie passée sur Mars. Argument balayé si l’on considère que cet hydrocarbure peut résulter d’un processus naturel expliqué par de l’humidité et un faible taux d’oxygène, autrement dit caractéristique des conditions existant sur Mars.

Par ailleurs, aucun champ magnétique puissant ne protège Mars, favorisant le vent solaire et donc l’érosion progressive de la planète. En mars 2014, un orage solaire a frappé la planète rouge. Ce phénomène a ainsi confirmé l’hypothèse selon laquelle l’atmosphère de Mars a bien brûlé à cause du Soleil, sur une période de deux milliards d’années.

L’air en surface serait comparable à la pression de l’atmosphère terrestre à plus de 20 000 mètres d’altitude. De plus, la planète est exposée en continu aux rayons ultraviolets du Soleil.

Toutefois, ces éléments ne découragent pas les agences spatiales, qui ont pour projet d’installer une mission habitée avant 2100. La société Mars One, elle, s’y voit même à l’horizon 2030. Mais avec l’intention de réaliser des recherches plus poussées, ou d’y vivre ?

Vivre sur Mars, cela en vaut-il vraiment la peine ?

Concrètement, il n’y a à ce jour pas de raisons suffisamment motivantes pour vivre sur Mars. La température y est glaciale, et les UV pourraient obliger à envisager une vie souterraine. Une détérioration de la qualité du sommeil et un affaiblissement de la vision sont des risques potentiels.

De plus, la durée du voyage peut également constituer un frein : 5 à 10 mois sont prévus pour un trajet, cela peut paraître très long… Sans compter que, psychologiquement, il faudrait surmonter la distance avec les proches, avec lesquels la communication en instantané serait rendue quasi-impossible (un décalage des transmissions de plusieurs minutes est nécessaire).

Notons cependant quelques points positifs :

- L’absence de gravité peut s’avérer amusante (puis sans doute rapidement contraignante).

- La contemplation des satellites naturels de Mars, nommés Phobos et Deimos, peut offrir un spectacle divertissant (mais quelque peu répétitif sur la durée).

Pour faire court, oubliez pour l'instant tout rêve de vie sur Mars...

Chargement en cours...
Chargement en cours...