Accueil > Conseils > Deuil > Quelles sont les 5 étapes du deuil ?

Rubrique : Deuil

Quelles sont les 5 étapes du deuil ?

Le 15 octobre 2016 09:15 par Dans Nos Coeurs

À la mort d'un proche, le mot "deuil" est perçu comme un affront. Il ne s'agit pas d'oublier un être cher, mais de s'habituer à son absence et de recommencer à vivre sans lui. Un processus qui demande du temps...

La notion de deuil est indissociable de la mort d'un proche. Pourtant, aujourd'hui, on a tendance à faire le deuil de tout et de n'importe quoi, utilisant l'expression à tort et à travers, que ce soit pour qualifier la perte de son poisson rouge ou même de sa voiture. Il est donc important de redéfinir ce sentiment de tristesse qui touche les personnes ayant perdu un être cher.

Qu'est-ce-que le deuil ?

Certains affirment qu'on ne fait pas son deuil, mais qu'on le vit. Accepter la mort d'un proche ne signifie pas ne plus souffrir, ne plus éprouver de peine, mais accepter ce coup du sort et réussir à vivre avec. À la mort d'une personne qu'on aime, qu'il s'agisse d'un parent, d'un époux ou d'un enfant, il est impossible d'imaginer parvenir à surmonter cette épreuve un jour. Pourtant, à force de temps et de courage, et en respectant le mécanisme du deuil, on accède à la résilience et on retrouve peu à peu le goût de vivre.

Pendant ce cheminement intérieur, qui dure environ deux ans, la personne endeuillée passe par plusieurs états de détresse (pleurs, manque, angoisses, agressivité...) qui varient selon les personnalités. Chaque individu étant unique, il existe une multitude de façons d'aborder le deuil, selon son caractère, son âge, son histoire, son entourage ou ses expériences… Mais, d'une manière générale, le travail passe par cinq phases de reconstruction, qu'il convient de respecter pour s'en sortir.

Les cinq étapes du deuil

Le deuil commence toujours par une période de déni, une sidération, un état de choc émotionnel pendant lequel on ne croit pas à la réalité. C'est une réaction d'autodéfense normale qui permet de se protéger pendant un court instant contre l'inéluctable.

Puis, la dure vérité prend son sens et se concrétise. Si le déni persiste, c'est que la situation s'aggrave. Il est alors recommandé de consulter un psychologue.

Survient ensuite la révolte. Cette étape, extrêmement difficile à vivre, se caractérise par un sentiment d'injustice. L'homme cherche des réponses et des coupables.
Il doit alors extérioriser sa colère. Le soutien et l'écoute de son entourage l'aideront à s'apaiser.

Puis vient le temps du marchandage, une certaine forme de nostalgie qui amène l'individu à revenir en arrière et à imaginer des solutions qui auraient pu éviter le drame.
Il essaie aussi de projeter la vie du disparu si la mort ne l'avait pas emporté. Ce stade est crucial pour déculpabiliser.

S'ensuit généralement une période de dépression réactionnelle marquée par une grande mélancolie. Isolement, conflits familiaux et professionnels, problèmes d'argent... en sont les principaux symptômes. Il faut alors donner du temps au temps pour accepter le décès de l'autre.

Le processus de guérison est long, mais la personne finira par recommencer à vivre d'elle-même, à s'accoutumer à l'absence de l'autre et à entretenir une relation différente avec le défunt. Cela ne veut pas dire que la tristesse disparaît à jamais, elle resurgira toujours de temps en temps...


Partager l'article

Vous avez aimé ? Vous aimerez aussi ... (articles similaires)

  • Comment réagir face à un décès ?

    La perte d'un être cher est une étape difficile de la vie, elle provoque une grande douleur et un état de tristesse profond que seule une phase de deuil complète permettra de calmer et d'apaiser.

  • Le langage des fleurs de deuil

    Si les chrysanthèmes s'exposent dans tous les magasins à l'approche de la Toussaint, ce ne sont pas les seules fleurs à exprimer le deuil et le chagrin. Découvrez les fleurs alternatives et leurs différentes significations.